Quelles sont les principales démences chez les personnes âgées ?

principales démences personnes âgées

La démence, un mot qui évoque l’ombre sur la mémoire, la pensée, la capacité à réaliser des tâches quotidiennes. Ce syndrome, marqué par le déclin des capacités cognitives, s’aggrave avec le temps et touche surtout nos aînés. Pourtant, vieillir n’est pas forcément synonyme de démence !

Dans le présent article, nous vous faisons une présentation brève et efficace des principales démences chez les personnes âgées. Vous verrez, il n’y a pas que la maladie d’Alzheimer qui rend dément…

Deux grands groupes : Démences dégénératives et Démences non dégénératives

L’OMS lance un chiffre qui fait réfléchir : 55 millions d’âmes naviguent dans le brouillard de la démence, avec 10 millions de nouveaux visages chaque année.

En France, comme ailleurs, la majorité de ces histoires commence après 65 ans.

Il y a deux grands groupes de démences : d’un côté, les démences dégénératives, elles tiennent le haut du pavé avec 90 % des cas ; de l’autre, leurs cousines, les démences non dégénératives.

Démences dégénératives

Elles grignotent, peu à peu, les cellules cérébrales. Dans cet univers, elles règnent presque sans partage, représentant 90 % des cas.

La maladie d’Alzheimer en est le visage le plus connu, une ombre familière pour beaucoup, responsable à elle seule de 7 démences de la personne âgée sur 10.

La maladie d’Alzheimer

Imaginez un jardin où les fleurs commencent à faner, une par une. C’est ainsi que la maladie d’Alzheimer s’empare du cerveau, neurone après neurone, avec une accumulation de protéines anormales (protéines tau).

Les souvenirs s’effacent, les mots se perdent, et le monde devient un labyrinthe. C’est la plus commune des démences, un voyage lent vers l’oubli.

Les démences à corps de Lewy

C’est la seconde démence neurodégénérative la plus courante après Alzheimer. Lors de cette affection, des corps de Lewy (constitués de protéines et de filaments neuronaux) s’accumulent à l’intérieur des neurones dans certaines zones du cerveau, entravant les influx nerveux cérébraux.

Les démences à corps de Lewy apportent leurs lots d’hallucinations, de fluctuations de l’attention, de problèmes de mémoire, de pensée, de compréhension… Les jours bons se mêlent aux jours sombres, un quotidien imprévisible.

Les démences fronto-temporales

Quand les parties du cerveau qui pilotent la personnalité et le langage s’effritent… Les démences fronto-temporales brouillent les lignes entre qui nous étions et qui nous devenons. Les comportements changent, parfois radicalement, déconcertant ceux qui nous sont proches.

Démences non dégénératives

Elles ne suivent pas le même chemin que leurs cousines dégénératives. Moins fréquentes, mais pas moins dévastatrices.

Les démences vasculaires

Pensez à un réseau de rivières dans lequel l’eau ne coule plus correctement. Les démences vasculaires surviennent quand le flux sanguin du cerveau est entravé. Des territoires entiers de la pensée peuvent se retrouver isolés, impactant mémoire et jugement.

Les démences alcooliques

L’alcool, consommé sans mesure, peut graver ses dégâts dans le cerveau. L’encéphalopathie de Wernicke-Korsakoff en est un triste exemple. La mémoire joue des tours, fabriquant des histoires pour combler les vides.

Les démences liées à l’hydrocéphalie chronique

L’hydrocéphalie à pression normale augmente la pression à l’intérieur de la boite crânienne, compressant les structures cérébrales. Marche, capacités cognitives (démence), contrôle urinaire, tout peut vaciller. Parfois, une intervention peut rouvrir les voies, offrant un espoir de clarté.

Les démences secondaires à des maladies infectieuses

Des intrus microscopiques, virus (comme le VIH du SIDA) ou bactéries (comme les Tréponèmes de la neurosyphilis), peuvent se faufiler et semer le chaos dans le cerveau.

Ces démences, bien que moins courantes, rappellent que notre esprit peut être assiégé de l’intérieur. Le combat est inégal, mais la détection et le traitement précoces peuvent parfois renverser la vapeur.

Chaque type de démence raconte une histoire différente, un rappel poignant de la fragilité de notre esprit face aux maladies.

Quelques conseils pour prévenir, du moins retarder les démences chez les personnes âgées

Pour l’heure, même si des avancées notables ont été réalisées dans le domaine de la recherche, aucune thérapeutique capable de guérir les démences dégénératives n’existe.

Toutefois, de nombreuses solutions visant à limiter et gérer les symptômes sont possibles.

Est-il possible de prévenir les démences ? Pas sûr… Mais selon certains travaux de recherche, un mode de vie sain pourrait « diminuer significativement » le risque de démence ou de « retarder » son installation.

Ainsi, pour vous protéger de ce phénomène, vous ou vos proches :

  • Pratiquez régulièrement de l’exercice.
  • Évitez le tabac et l’alcool.
  • Adoptez une alimentation équilibrée.
  • Gérez efficacement diabète et hypertension si vous en souffrez.
  • Consultez rapidement en cas de troubles cognitifs.
  • Gardez votre esprit actif et évitez l’isolement social, surtout après la retraite.

En bref, ayez une hygiène de vie saine pour garder l’esprit clair le plus longtemps possible !

la-Solution, soins à domcile, Yverdon et région, Nord vaudois

Contactez-nous pour plus de renseignements

Partager sur:

Trouvez une Solution Personnalisée dans le Respect de vos Habitudes de Vie

Articles Récents