Témoignages

Témoignages

Comme tout le monde ne te connait pas vraiment, je vais dresser de toi un petit portrait, et parler un peu des dernières années de ta vie, pour mieux découvrir ton personnage.

Tu aimais la musique classique, surtout Mozart, mais par-dessus toute la fameuse chorale du Brassus, tu lisais beaucoup, tu écoutais la radio, jamais de télé, tu aimais faire des photos, et tu étais toujours informée des derniers potins, et de l’actualité en général, même jusqu’à la fin de ton existence.

Tu faisais beaucoup de balades dans ce merveilleux pied du jura, en dessus de Montricher, le Mollendruz, le Marchairuz et le Mont-Tendre n’avaient plus de secrets pour toi, tu savais prendre le temps de t’arrêter, d’observer la nature et de le faire découvrir aux autres.

Mais on peut dire que tu avais un sacré caractère, tu as toujours diriger ta vie, comme tu en avais envie, tu étais maître de ton destin en quelque sorte, mais voilà, avec l’âge tu es devenue de plus en plus dépendante des autres, et cela ne s’est vraiment, mais vraiment pas bien passé, au vu de ta santé, des mesures ont du être mises en place, des aides à domicile, des médecins, des infirmières, mais tu l’as très mal supporté, de recevoir des ordres, des indications, de prendre des médicaments, de ne plus décider que quoi que ce soit, toi qui a toujours dirigé les autres, te faire commander, difficile, la maladie s’est installée, mais tu t’es révoltée, tu t’es battue …  ceci explique cela … mais surtout tu avais toujours gardé le sens de l’humour, même dans les moments difficiles, tu as toujours gardé l’espoir de te sortir de cette situation, tu m’as dit un jour, que tu avais contracté un virus, et que le jour ou ça irait mieux on allait tous bien en rire… c’était peut-être pour te donner du courage.

Un soir à la maison tu avais perdu l’équilibre en tombant dans ta cuisine, quand les ambulanciers sont venus te porter secours, tu m’as dit : mais voilà de biens jolis ambulanciers, et tu étais prête à te laisser embarquer par ces jeunes collègues, même à 95 ans, tu es restée jeune.

Tu ne seras peut-être pas d’accord avec moi, mais tu as été quand même un petit peu cruelle avec ton entourage, tu n’as pas toujours été tendre avec ces dames de La-Solution, elles repartaient quelques fois en pleurs de chez toi, avec tes cousines, tu te souviens le jour de ton anniversaire, tu ne les as pas reçues comme un jour de fête et tu les as pratiquement envoyer balader, elles ont quand même goûté ton gâteau, certains jours tu avais la rancune en toi, tu avais fait le vide autour de toi.

Tu te souviens nous avons été convoqués au tribunal de Morges, tu t’es rebiffée contre la Juge de paix, j’ai dû apaiser ta colère, pour que tu ne partes pas en pleine séance, tu as dialogué avec la Juge en des termes pas trop élogieux, ce qui a permis à cette brave dame de garder un souvenir impérissable de toi.

Tu avais donc un caractère bien trempé, et tu n’as jamais laissé personne indifférent.

Mais pour ceux qui savaient passer au-dessus de tes coups de gueule, et qui avaient la patience d’apprendre à te connaître, de te découvrir, de te prendre par le bon bout, ils ont été récompensés, tu étais une source de connaissances, d’expérience, tu savais nous faire découvrir la nature, la cuisine, la musique, l’actualité, tu discutais de tous les sujets, avec une passion débordante, c’était très enrichissant, on pouvait découvrir ton côté attachant.

Tu m’a conté le récit de tes accouchements, pour l’anecdote, tu étais partie d’Aubonne avec ton vélo, avec 10 cm. de neige sur la route pour aller accoucher un bébé à Montherod, mais quand tu es arrivée sur les lieux, tu as découvert le futur papa dans la cuisine, complètement ivre, tu l’as même mis au lit, tu as allumé le feu, il faisait une température qui avoisinait les 0°, tu as cuit de l’eau et procéder à l’accouchement, sous l’œil méfiant de la grand-mère, qui analysait tous tes mouvements, aujourd’hui il ne se souvient peut-être pas , mais ça a été un beau bébé…  ça paraît un peu irréel, je me rends compte ce que tu as dû endurer… à cette époque ça devait être très dur pour toi, difficile de s’imaginer.

Au cours de ta carrière professionnelle, tu as mis au monde environ 3680 chères petites têtes blondes, comme tu me l’as dit, pas un seul décès, on aurait pu écrire un livre sur toutes tes aventures, tu m’excuseras, je n’ai pas pensé avant, j’aurai toujours un regret.

Chère Bluette, au cour de la vie, nous n’avons pas toujours eu la possibilité de nous côtoyer, mais durant ces 4 dernières années, nous avons fait connaissance, et je peux t’assurer que j’ai passé des moments extraordinaires,  à t’écouter me parler de ta vie, du village, des anciens, de la famille, de tes parents, surtout de ta maman, tu m’as appris beaucoup, quand je passais le soir pour te rendre visite, on parlait beaucoup de l’actualité, tu me racontais en long et en large tous les potins de 24 Heures, j’ai eu de la chance, tu as toujours été douce avec moi.

Tu étais sensible aux associations, tu faisais régulièrement des dons aux fondations Afiro, Isrec, les mal-voyants, les chiens du Grand St-Bernard, Franz Weber, malgré ton caractère endurci, tu avais un cœur gros comme ça, et tu voulais aider les autres, et malgré tout tu te faisais quand même du souci pour ton entourage.

Repose en paix, maintenant que tu es montée au ciel, tu accueilleras à bras ouverts tous tes bébés au Paradis …

Je pense qu’avec moi tu vas transmettre :
Un tout grand merci et de fortes pensées pour toutes celles et ceux qui t’ont côtoyée dans ces derniers moments :

A La-Solution, pour leur patience et surtout pour leur humanité, dans les moments les plus difficiles, surtout pour les derniers jours, afin que tu puisses partir dans le calme absolu, au Docteur Jacques Gabioud pour son dévouement dans le calme et la sérénité, à tes tes voisins pour leur accompagnement, leurs petites attentions, leur soutient, et à ta curatrice pour sa précieuse collaboration avec douceur et fermeté.

Je n’oublie pas ton confident, celui qui a compté pour toi, à qui tu disais tout, je parle de coco, ton fameux chat… il avait pris pension chez toi, il savait t’écouter, c’était devenu ton compagnon, ton rayon de soleil, mais sois rassurée, il n’est pas à la rue et il a retrouvé un nouveau foyer chez la famille Golay qui va bien s’en occuper.

Pour conclure, autour de toi, tu as été entourée de gens qui ont contribué à faire ton bonheur, enfin qui le voulaient, mais c’était peut-être difficile pour toi de leur dire à quel point tu leur en étais reconnaissante, mais rassure-toi, ça été des moments de partage, car toi aussi tu leur a amené quelque chose et tu vas beaucoup nous manquer …

Ton Filleul, tendrement  Jean-Michel et Claudine Lüthi

Petite communication au nom de la famille :

Comme Bluette ne se rapprochait pas des gens, elle a toujours aimé parlé avec tout le monde, elle aurait été contente de vous accueillir pour partager un instant de convivialité, de partage, de bons souvenirs, de discussions, c’est comme si elle qui vous invitait à s’arrêter pour prendre le temps, je pense qu’elle aurait apprécié ce moment et aurait été très heureuse, merci pour elle.

Fin de vie de notre maman, Marie-Anne à la Tour-de-Peilz
Remerciements au personnel de La-solution

Madame La Directrice, Monsieur le Directeur,

Notre maman est décédée paisiblement, chez elle, le lundi 29 octobre 2018.

Aujourd’hui, nous voudrions vous remercier chaleureusement pour votre soutien très efficace durant les derniers mois de sa vie.

Nous relevons particulièrement que votre institution peut compter sur un personnel fabuleux. Que ce soit en matière de présence, de soins, de disponibilité, toutes les personnes s’étant occupées de notre maman ont fait preuve d’un très grand professionnalisme tout en ayant une attitude empathique qui a beaucoup apporté à notre famille. Elles ont eu en permanence le souci du bien-être de la personne aidée et ont su lui assurer des derniers moments de vie rassurants, agréables et empreints d’une très grande humanité.

Pour cela recevez nos plus vifs remerciements. Pouvons-nous vous demander de transmettre à l’ensemble de votre personnel qui s’est occupé de notre maman, toute notre gratitude pour le soutien apporté.

Nous vous prions de croire, Madame la Directrice, Monsieur le Directeur, à nos sentiments distingués.

Ses filles

Le temps avait fini par s’arrêter au cours des dernières semaines. La maladie occupait toutes nos pensées et la mort planait sur notre famille. Inéluctable, redoutée, puis attendue comme une délivrance. Assister à l’agonie d’un proche est une véritable leçon de vie. Aucun moyen d’échapper à ses peurs, il est temps d’apprivoiser ses angoisses. Dans de telles circonstances, c’est une question de survie…

Ce soir, chacun est rentré chez soi avec le souvenir de cette journée d’adieu. Il règne une atmosphère de soulagement. La mort s’en est allée et la vie va pouvoir reprendre son cours. Avec des liens renforcés à jamais entre ceux qui restent. Et un sentiment de fierté: celle d’avoir pu réaliser son vœu le plus cher qui était de mourir à la maison.

Il n’y avait pas de meilleur moment pour rédiger ces lignes. Elles sont dédiées à un organisme sans lequel nous n’aurions jamais pu relever ce défi: La Solution. Retour en arrière sur l’histoire d’une fin de vie et d’un accompagnement d’une rare qualité.

Octobre 2012. Agée de 87 ans, Lisette est atteinte d’un cancer qui s’est généralisé au fil des ans. Combattive face à la maladie, elle mène une vie sereine et indépendante avec son mari Jean-Jacques (91 ans). Une fracture spontanée du fémur la conduit à l’hôpital, où elle passera six semaines. Au service d’aide à domicile auquel nous nous adressons, il nous est répondu «qu’il n’est pas dans l’attribution de ces dames de faire la lessive, étant donné qu’elles n’ont pas le temps d’attendre que la machine ait fini de tourner». Nous comprenons que les services étatiques ont décidément leurs limites: celles d’être étatisés avant d’être humanisés.

Décembre 2012. Retour de Lisette à la maison: en collaboration avec La Solution, nous organisons la présence d’une aide chaque matin et chaque soir. Ces dames s’occupent du ménage, de la lessive, de la préparation des repas, etc. Une infirmière de La Solution passe régulièrement pour effectuer les soins dont Lisette a besoin. C’est une période particulièrement difficile pour elle, qui se voit envahie dans son intimité. Grâce à leur professionnalisme et à leur sens de l’empathie, les collaboratrices de La Solution vont peu à peu apprivoiser cette femme et lui aider à faire le deuil de son indépendance passée.

Janvier 2013. Lisette s’est bien remise de sa fracture, mais c’est la maladie qui prend le dessus. Au fil des semaines, nous adaptons la cadence de l’accompagnement à domicile. Lisette est reconnaissante de tout ce qui s’organise autour d’elle. Elle commence même à apprécier la présence discrète de ces dames, toujours les mêmes, un point capital pour elle.

Février 2013. La maladie gagne du terrain. En quelques heures, La Solution organise un service de veilleuses. Il y a maintenant quelqu’un presque 24h/24 auprès de Lisette. Elle s’est attachée à ces personnes, avec lesquelles elle peut partager ses angoisses. Des échanges riches que sa pudeur veut épargner à son mari et à ses proches. Elle sait qu’elle va mourir et sa seule volonté est de pouvoir rester à la maison.

Mars 2013. Au fil des jours, Lisette ne peut plus se lever. La mort rôde déjà et toute l’équipe de La Solution continue à lui prodiguer des soins avec un respect et une tendresse extraordinaires. Pendant que Lisette s’en va peu à peu, c’est aussi la main de Jean-Jacques que ces dames tiennent jour après jour. Au soir du 14 mars 2013, Lisette a enfin pu s’en aller. Comme elle l’avait tant souhaité, elle est décédée à la maison, près de son mari et de ses proches.
Si nous avons décidé de publier ce témoignage, c’est parce que nous étions loin d’imaginer qu’un accompagnement de fin de vie à domicile de cette intensité et de cette qualité pouvait exister. Garder un grand malade à la maison plutôt que de l’envoyer dans un mouroir d’hôpital, c’est possible aujourd’hui grâce à des organismes privés comme La Solution.

Demain, une nouvelle histoire va commencer. Celle de Jean-Jacques qui doit repenser sa vie sans la femme avec laquelle il a partagé 64 ans de mariage. La Solution sera assurément de la partie. D’ailleurs, la veilleuse est encore là ce soir…
Thierrens, le 19 mars 2013

A Stéphanie

Anne-Sophie Gavillet

Chère Madame,

Je tiens à vous dire que vos aides soignantes qui ont accompagné mon épouse jusqu’à son dernier jour ont été merveilleuses.

Elles étaient si attentionnées que leur simple arrivée dans la chambre apportait une grande joie à mon épouse.

Des personnes de cette qualité, de cette humanité, sont un enseignement pour nous et nous les remercions de nous avoir permis de mettre de la lumière dans ces moments difficiles.

Nous vous remercions également pour votre disponibilité et la qualité de votre organisation.

Au nom de toute notre famille
Jean Suter

Chère Madame,

Merci beaucoup pour votre chaleureux message. Ma mère est décédée samedi soir 26 mai, après 1 ½ jour d’hospitalisation seulement. Elle a reçu au CHUV des soins d’une qualité parfaite.
Je vous remercie encore chaleureusement pour les soins attentifs et compétents prodigués par votre personnel à ma mère. Grâce à vous, et aux deux dames qui s’en occupaient à domicile, ma mère a pu rester chez elle quasiment jusqu’à la fin de ses jours.

Avec mes meilleurs messages,
Famille d’une patiente mai 2018

Chers tous,

Je ne sais comment vous remercier pour tout ce que votre fondation fait déjà pour notre famille et aussi pour ce que vous nous offrez. Mes mots ne sont pas suffisants pour vous témoigner ma profonde reconnaissance et ma gratitude.

Merci du fond du cœur

Du fond du coeur je souhaitais vous dire encore un immense MERCI pour ce magnifique suivi au quotidien de Mme B, de votre soutien, grand dévouement , rigueur et grand respect.

Grâce à l’aide de chacun de vous  et à votre VOTRE GRAND COEUR Mme B, une femme extraordinaire et pleine de sagesse s’en est allée paisible tout en restant chez elle à la maison selon ses derniers désirs.

Chaleureusement

Merci encore de votre immense travail et de votre émouvant soutien, tous et toutes sont en admiration

Mesdames, Messieurs,

Nous avons la tristesse de vous informer que notre bien-aimée maman nous a quittés samedi dernier 10 novembre 2018.
Nous tenons de TOUT CŒUR À REMERCIER TOUTES les personnes, infirmières et soignantes qui ont participé aux soins à domicile de notre chère maman.
Nous avons été très soulagés et très heureux de pouvoir bénéficier de vos services.
Votre aide a été précieuse, même si les derniers jours ont été particulièrement difficiles.

Avec tous nos remerciements, veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, nos respectueuses salutations.

présence
et veille

Notre personnel répond aux standards de qualité les plus élevés en matière de service privés à domicile. Nos équipes sont constituées de personnes responsables, à l’écoute et impliquées. Forts de cette confiance, nous répondons de nos équipes comme de nous-mêmes.